Kinshasa - RDC / Luanda - Angola
08/12/2019
NOUS SUIVRE SUR

Léon de Saint Moulin est né le 17 décembre 1932, à Naast, en Belgique. Il est entré dans la Compagnie en 1950. Après le noviciat, il a fait la candidature en philologie classique à Namur, la licence en philosophie à Eegenhoven et la licence en histoire à l’Université Catholique de Louvain.  En 1959, il commence sa vocation missionnaire. Il effectue deux années de régence au collège Albert de Léopoldville (actuel Collège Boboto), de 1959 à 1960, puis à l’Institut Saint François-Xavier de Kikwit (actuel Collège Sadisana) de 1960 à 1961. C’est à cette période qu’il rédige la première édition du manuel d’Histoire contemporaine qui sera re-édité en 1983.

Après la théologie à Eegenhoven, et l’ordination sacerdotale à Bruxelles en 1964 (en compagnie des Pères Pierre Lecuit, Charles Ngenzhi et Guillaume Konda qui sont parmi nous), il commence en 1965 un doctorat en histoire à l’université de Liège. Il analyse l’évolution des conditions de vie en milieu ouvrier belge : il y voit la grâce de sa vie, et est désormais sensibilisé aux phénomènes sociaux. Pour son Troisième An, il est envoyé à St Asaph en Grande-Bretagne (66-67).

De retour au Congo, le Père Léon reste attaché au CEPAS à Kinshasa. Comme Chercheur sous le patronage du Fonds National Belge de la Recherche Scientifique, il travaille trois ans à la Dissertation d’histoire et de sociologie de la ville de Kinshasa. Il met à jour le Plan de la ville de Kinshasa, en collaboration avec l’Institut National de  Statistique et l’Institut Géographique. Docteur en histoire, il débute sa carrière académique à la Faculté des Lettres de Lovanium. En 1971, c’est la nationalisation des universités, fusionnées en une seule « Université Nationale du Zaïre ». Professeurs et étudiants des Facultés de Lettres s’installent à Lubumbashi. Le P. Léon s’investit pour organiser le département d’histoire avec ses locaux de classes, de bureaux et de bibliothèque. Il enseigne l’histoire durant huit ans dont quatre comme Doyen de la Faculté des lettres. Il collabore à la fondation de la Paroisse universitaire. Avec les étudiants, il est soucieux de poser des fondements solides de connaissances et de convictions, gage de succès pour la vie. En 1979, sa nomination comme Vice-Recteur de l’UNAZA le ramène au campus de Kinshasa pour deux ans. En plus de ses tâches de direction, il reste soucieux du social et rouvre le restaurant universitaire ; il veille à la construction de l’amphithéâtre en plein air. Après une année sabbatique en 1981, il commence ses enseignements à l’Institut St Pierre Canisius et au Séminaire Jean XXIII. Il débute une série d’émissions radios la RNTC sur l’histoire et la géographie du Zaire ; et ensuite bien des émissions éducatives à la télévision nationale. Au décès accidentel du Recteur, il assure la direction du collège Alfajiri de Bukavu pendant plus d’un an. En 1984, il retrouve la Maison St Ignace et se donne à de multiples activités au CEPAS et à la revue Congo-Afrique. Depuis 1985, il reste fidèle à la messe dominicale de la paroisse St Joseph à Matonge. Pendant 18 ans, le P. Léon collabore avec la Faculté de Théologie Catholique, professeur, puis secrétaire académique pour trois ans.  Avec une large collaboration, il publie en 1997 les « Œuvres complètes du Cardinal Malula » en sept volumes.

La Faculté St Pierre Canisius profite de son cours d’analyse sociale avec les enquêtes sur terrain et les résultats publiés dans la revue Congo-Afrique. De 1999 à 2003, il est directeur du CEPAS. Avec les années, le P. Léon arrive à l’éméritat dans les différentes facultés où il enseigne. Aussi dispose-t-il de plus de temps pour ses travaux de publication et d’aide aux étudiants et doctorants.

En avril 2018 commencent ses premiers signes de perte de mémoire, rendant la conversation et son travail difficiles. Le spécialiste lui prescrit un traitement et un scanner, lui recommandant de réduire ses activités.  Son état s’améliore au point que le 20 juillet, il donne une conférence à l’UNIKIN. Il prend son congé en Belgique. Durant les premiers mois de 2019, sa santé lui permet de se rendre aux célébrations de Basankusu, d’intervenir à Lubumbashi au Congrès des amis de Stefano Kaoze, d’assurer deux retraites successives aux Abbés du diocèse de Butembo. En août, son mal en veilleuse depuis un an redevient actif avec les mêmes difficultés de langage. Ce que confirme l’examen I.R.M. Il envoie un message à sa famille, leur rappelant sa décision de rester au pays où il a œuvré avec fruit et joie durant cinquante-cinq ans. Avec courage, il accepte les handicaps ; début octobre, il est à l’infirmerie de la résidence saint Claver pour un suivi continuel par l’équipe médicale. Son médecin passe ajuster son traitement. Tôt le matin du 24 octobre 2019, il entre dans la grande paix.

Léon a été un serviteur bon, fidèle et simple, qui a su fructifier les talents reçus, pour la plus Grande Gloire de Dieu et le salut du monde, particulièrement pour le bien du peuple Congolais. Qu’il entre et demeure dans la joie de Son Maître.

JÉSUITES DANS LE MONDE
Cause Mgr MUNZIHIRWA
FRONTIÈRES
PORTRAIT
GALERIE PHOTOS
NEWSLETTER
Soyez informé par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
joomla social media module
© JESUITES 2016